Se préparer à l'IELTS : partie Writing

Publié le 19 Août 2013

Se préparer à l'IELTS : partie Writing

On continue de découvrir l'IELTS avec, après la partie Listening et la partie Reading, la partie Writing (écriture).

Elle dure 60 minutes et se compose de 2 sous-parties : pour la première, qui vaut 1/3 des points, il faut décrire des graphiques ou un schéma (genre analyser les résultats de manière totalement impartiale, ou expliquer ce que veut dire le schéma), pour la seconde, qui vaut 2/3 des points, il faut argumenter un débat en présentant les avantages de chaque point de vue et donner son opinion personnelle.

 

Je ne m'attendais pas à trouver cet exercice si dur, vu que je suis déjà assez douée à l'écrit en général, et en anglais aussi. Sauf que le vocabulaire doit être le plus riche possible et on doit à tout prix éviter les répétitions (on nous a fait croire qu'il n'existait pas de synonymes en anglais... faux, même si, comme en français, ils diffèrent selon le contexte).

Résultat, pour bien préparer cette partie, il est conseillé d'apprendre une vingtaine de listes 'de mots utiles pour chacune des parties (partie 1 : les noms/adjectifs/adverbes/verbes pour décrire un graphique où les variables augmentent, descendent, fluctuent, restent stables... partie 2 : tous les connecteurs qui lient les phrases entre elles, les périphrases qui permettent de donner son avis...), chaque liste se composant d'une cinquantaine de mots. Au total, cela fait un millier de mots que je connais déjà et comprends, certes, mais qui ne me viennent pas spontanément quand j'écris en anglais, vu qu'on nous a toujours dit d'aller à l'essentiel et d'éviter les phrases complexes.


Je lis donc, encore et toujours, mes nouvelles listes... je m'entraîne à les mettre en pratique pour présenter des résultats scientifiques ou écrire un essai sur les pours et les contres d'avoir un job à horaires fixes...

 

Dès que j'arriverai en UK, je montrerai mes écrits aux anglophones pure souche pour avoir une idée de mon niveau...

Rédigé par Cyrielle

Commenter cet article