Publié le 26 Janvier 2015

Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2

Après une bonne nuit de repos, nous avons essayé de nous lever tôt, avec S, pour réussir à caser nos dernières visites dans la même journée, notre dernière journée à Dublin. Autant dire que c'était mission impossible, nous avons donc abandonné l'idée de visiter la Hugh Lane Gallery qui contient entre autres les ateliers de Francis Bacon et un tableau de Monet. Une autre fois... !

Notre première étape était le musée national d'archéologie, visite gratuite pour ne pas changer. En fait, il se trouve à deux pas de la National Library que l'on avait visité la veille... et nous n'en savions rien ! En gros, pour vous situer, sur Kildare street, il y a trois bâtiments qui se suivent et formaient auparavant un palais ducal : le premier (National Library) est symétrique au troisième (le musée) et au milieu se dresse Leinster House, le parlement irlandais. Il y avait quelques paparazzis quand nous sommes passées, mais on n'a vu personne de célèbre (d'ailleurs, je viens de Google-r le président d'Irlande et sa tête ne me dit vraiment rien).

Bref, j'ai passé une heure dans le musée d'archéologie, le temps d'admirer les "trésors" du pays sous forme de bijoux, d'ors, de reliques... C'était sympa, mais je suis plus portée sur l'architecture, alors j'ai photographié sous toutes les coutures la rotonde du musée, son extérieur... et, armée de mon plan bien détaillé, je me suis éloignée pour voir les merveilles alentour.

 

Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2

Kildare Street donne sur le Stephen's square, un parc qui n'a l'air de rien vu du dehors... mais qui était super mignon de l'intérieur. Ses étangs étaient un peu gelés, les mouettes appréciaient... les cygnes bien moins !

Autour du parc, certaines maisons sont recouvertes de lierre, c'est très joli. Je me suis faufillée jusque Dawson street (une rue parallèle à Kildare) pour voir la Mansion House, une belle maison à toit à balustrade. Sur le chemin, j'ai croisé un marchand de whiskies très sympa, on y est d'ailleurs retourné plus tard avec S !

Une autre rue parallèle a Kildare est Merrion street, qui est super élégante avec ses portes géorgiennes colorées et son grand bêtiment en pierre blanche à rotonde (il avait un nom chelou que j'ai zappé). C'est d'ailleurs sur cette rue que se trouve l'hôtel 5 étoiles du Merrion (et son groom en livrée), si vous en avez le budget (bon, c'est pas si cher que cela, la chambre double la moins chère est à 225 euros la nuit - il faut compter le double pour la suite).

Merrion street débouche sur Merrion square, un parc dont les maisons qui le longent ont elles aussi des portes géorgiennes colorées. De nombreuses célébrités locales et internationales y ont vécu, et notamment un Yeats et le fameux Oscar Wilde.

Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2

J'ai retrouvé S à la sortie du musée et on a suivi les conseils du Routard pour nous restaurer : on est allées à la caféteria du National Library. Alors, oui, c'était bien bon... mais on ne s'attendait pas à des sandwichs a la lecture des menus présentés par le guide, on aurait peut-être préféré des petits plats. Dommage, mais on a quand même bien mangé.

Après un petit passage au magasin de whiskies, on est retournée vers la Liffey (vous vous rappelez, c'est le nom du fleuve ! ) avec pour mission de rejoindre le musée d'art décoratif en passant par Temple Bar et le château de Dublin. Au passage, on a découvert le mall Stephen's qui se trouve dans une verrière d'époque tout simplement sublile... Impossible de trouver les fresques murales conseillée par le Routard dans Temple Bar mais on a bien vu le château ! Ou du moins ce qu'il en reste car seules deux tours et un mur d'époque sont encore debout, entourés par des restaurations des siècles passés.

Le musée d'art déco est situé sur la rive Nord, en face de l'usine Guiness. Au passage, ce qui est bien avec cette ville, c'est que quasiment tout est faisable à pied. C'est un bâtiment en quatre ailes qui entourent une grande cour carrée. Il faisait gris lorsque l'on est arrivées, aussi c'était peu attrayant, mais l'intérieur est riche de découvertes en terme d'argenterie, de mode, de décoration d'intérieure, d'objets dénichés partout dans le monde...

Apres 1h30 de visite (gratuite), le musée fermait ses portes. On étaient un peu pressées, donc on a pris le tram pour rejoindre O'Connell et dévaliser un Carroll, la chaîne de souvenirs du pays. On est vite entrées à l'auberge pour se reposer et surtout préparer notre dernière découverte : les courses de lévriers !

Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2
Dublin, partie 2

Ceci est une vidéo ! Cliquez pour découvrir l'ambiance !

C'était mon idée fixe depuis que j'avais dévoré le Routard, je voulais assister à de telles courses et même y parier ! J'avais vu qu'il y avait bien des courses ce soir-là, au Harrold's Cross Stadium. Ce "doggydrome" (LOL) était accessible par bus et, bingo, le bus pouvait aussi nous permettre de rentrer facilement une fois les courses finies, à 22h (au passage, les bus dublinois ne rendent pas la monnaie et n'ont pas de plan, préparer son itinéraire sur le net est plus avisé et permet de payer le juste montant au chauffeur).

S a pensé à nous réserver une tab6le dans le restaurant du stadium, cela coutait 20 euros par personne (10 euros l'entrée + 10 euros le plat principal au choix). Armées d'une bonne bouteille de vin rouge et de nos livrets de courses, on s'est amusées comme des folles, en dévorant un saumon excellent ! En plus, notre table donnait directement sur le stadium et une jeune femme passait prendre nos paris.

N'y connaissant rien mais voulant vivre l'expérience à fond, j'ai misé 1 euro symbolique sur chacune des 10 courses. Avec mon stylo, j'épluchais le livret, découvrant quels étaient les favoris en fonction du classement des bookmakers et des dernières courses parcourues par les chiens. Et choisissant mon lévrier parmi les trois meilleurs... en fonction de son nom ou de sa tête. On notera que j'ai eu de la chance deux fois, dont une avec Belvedere Snow (qui étrangement est blanc avec un oeil au beurre noir). J'ai récupéré un petit peu plus de 5 euros sur les 10 misés (S a été plus chanceuse, avec un gros coup de bol à la fin où son lévrier a vaincu le mien d'un cheveu, photo finish à l'appui).

Après 2h30 de rigolade, on est rentrées et, le lendemain, les mini-vacances étaient finies, snif ! Pour conclure, je suis ravie d'être retournée à Dublin. C'est une ville fascinante où je me verrai bien vivre malgré qu'elle soit chère, tant les gens sont super sympa ici et l'architecture magnifique.

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle

Publié le 25 Janvier 2015

Dublin, partie 1

L'été dernier, j'ai visité l'Irlande dans le cadre d'un voyage organisé en bus, pendant une semaine. J'ai beaucoup apprécié mon voyage (d'ailleurs, je me suis enfin décidée à vous en parler... bientôt ! ), mais j'ai regretté que l'on ne passe plus de temps à Dublin : seulement un après-midi (qui comprenait la visite de la distillerie Jameson et celle de Trinity College avec le livre de Kells et la bibliothèque), plus une heure pour traverser le quartier animé de Temple Bar et se caser dans un pub moins bondé.

Aussi, quand une amie (S) m'a proposé de la rejoindre à Dublin pour trois jours, j'ai vite réservé mon billet d'avion !

Dublin, partie 1

Pour se rendre à Dublin depuis Exeter, le plus simple est de prendre un avion depuis Bristol. Si j'habitais dans le Nord de l'Angleterre, j'aurais surement pris un ferry depuis Liverpool...

A l'aller, j'ai pris le bus jusque Bristol (7 pounds - 2h30), une navette pour rejoindre l'aéroport de Bristol (5,5 pounds), un avion Ryanair (17 pounds) et un bus pour rejoindre le centre-ville de Dublin (5 euros). Je passais trois nuits sur place, une en dortoir pour 8 femmes (12 euros) et deux en chambre privée avec S (20 euros la nuit environ), petits-déjeuners inclus. C'est assez abordable et il vaut mieux car la vie à Dublin est super chère !

Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1

Je suis arrivée le dimanche après-midi et après avoir trouvé le chemin jusque l'auberge de jeunesse et y avoir déposé mes affaires, j'ai décidé de me balader dans le coin. Ayant étudié mon guide du Routard et ayant déjà visité brièvement la ville en bus, j'ai vite pris mes repères.

L'auberge Isaacs Hostel (que je vous recommande) est située sur la rive Nord de la ville de Dublin, à deux pas de la station centrale de bus Busaras (et du tram, et de la gare). J'ai donc vite trouvé le beau bâtiment du coin : la Custom House ci-dessus !

Je me suis un peu avancée vers la marina / le port de Dublin où quelques bateaux m'attendaient, j'ai croisé une école peinte façon puzzle... puis je suis retournée vers le grand centre de la ville, les fameux Champs Elysées dublinois : O'Connell Street. Le temps de trouver un magasin pour y acheter du déodorant et un gel douche (les joies de voyager avec seulement un sac cabine...), le soleil commençait à se coucher et j'ai pu admirer de beaux reflets sur Liffey (c'est le nom du fleuve).

Je voulais admirer le General Post Office de la ville, un beau bâtiment qui, hélas, était caché par des travaux, alors je me suis installée dans un café et j'ai attendu que les ouvriers s'en aillent ! Alors, je suis rentrée à l'auberge de jeunesse pour recharger mes batteries car, mine de rien, j'étais levée depuis 6h du matin...

Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1

Le lendemain matin, j'ai retrouvé mon amie S et sa collègue T et, après un bon petit-déjeuner, nous sommes parties à la découverte de la ville, que nous avions chacune visité en coup de vent par le passé.

Premier arrêt obligatoire au Trinity College, l'université la plus connue de Dublin. Elle se trouve face à la Bank of Ireland, un grand bâtiment en pierre bien blanche dont les fenêtres sont toutes scellées (pour mieux y garder les euros ? ). Comme vous pouvez le voir, il faisait beau. Ou du moins il faisait froid mais soleil tout à la fois. En fait, il y avait eu une tempête quelques jours auparavant...

Après avoir traversé le College de long en large, nous avons visité gratuitement la National Gallery. Seul le premier étage était ouvert, mais on nous promettait un Monet, un Picasso, des aquarelles de Turner, un Vermeer, des Yeats (peintre irlandais)...

Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1
Dublin, partie 1

Nos estomacs grondaient, alors on a suivi les conseils du Routard et nous avons tenté Lemon crepe, une crêperie qui propose des crèpes salées, des galettes au sarrasin et des crèpes sucrées. C'était bien bon, meme si un peu cher pour des crèpes...

La suite de la journée s'est passée à vitesse grand V. On est retournées vers l'auberge car T devait prendre un bus pour rentrer à Exeter, puis on est repassées devant Trinity College où S voulait visiter la bibliothèque et voir le livre de Kells. L'accès coûte 9 euros (10 si vous n'êtes pas étudiants), j'y étais déjà allée moins de 6 mois plus tôt, j'ai donc gambadé en ville à la place, croisant Molly Mallone, entre autres.

J'ai retrouvé S et nous sommes parties à la recherche de la National Library. Nos deux plans (le Routard et celui distribué à l'auberge) ne la situaient pas précisément, mais nous avons fini par la trouver et nous sommes allées visiter son musée qui, au sous-sol, nous permettaient de découvrir la famille Yeats et notamment les deux frères, le peintre et le poète. En laissant nos sacs et manteaux à la réception, on peut aller jeter un oeil à la rotonde du bâtiment qui correspond à la bibliothèque... Impossible de prendre des photos, mais c'était magnifique. Heureusement, le lendemain, on a visité le musée d'archéologie et le bâtiment est identique... Je vous montre tout cela demain !!!

On est rentrées vers l'auberge, on a mangé dans un vrai resto italien sur Talbot street et nous sommes allées voir Temple bar de nuit. C'est le quartier des bars, il n'y a que ça là-bas ! Il y avait bien moins de monde dans les rues qu'en août, on s'est dirigées vers le bar éponyme qui sert plus de 200 whiskies différents. Il y avait de la musique en live, on a passé un bon moment dans ce haut-lieu de la vie dublinoise !

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle

Publié le 12 Janvier 2015

Avec quelle compagnie voler vers l'Angleterre ?

Je n’ai jamais tant pris l’avion depuis que je vis en Angleterre. D’ailleurs, à raison de deux allers-retours par an, pour joindre Exeter et Toulouse, je connais par cœur les instructions de sécurité données par les hôtesses. Et si, en plus, on ajoute à ces trajets mon voyage d’affaires en Allemagne ainsi que mes vacances en Irlande, je pense que l’on peut me considerer maintenant comme une connaisseuse. Il faut dire, l’avion est la solution la plus facile et la plus rapide pour venir en Angleterre depuis le continent. C’est même la plus abordable, et justement on peut vraiment s’en tirer pour peu cher avec ces quelques astuces.

 

Parmi les règles de base pour voyager à moindre cout, on peut evidemment éviter d'avoir des bagages en soute et donc gagner du temps et une vingtaine d’euros par trajet minimum. Cela nécessite de faire des sacrifices lorsque l’on fait sa valise, mais cela a du bon : on se sépare de ce qui n’est pas essentiel, on prend par exemple le juste nombre de chaussettes par rapport à ses jours de vacances...

S’y prendre tôt pour reserver et être flexible sur ses dates de voyage sont un must. L’organisation est donc la clé, j’ai d’ailleurs réservé mon retour estival au 1er janvier et le tarif a doublé depuis… en seulement onze jours alors que le départ ne se fera que d’ici 8 mois !

Enfin, utiliser des comparateurs de vols aide beaucoup, cela permet de jongler plus facilement avec les différentes compagnies et les différents aéroports. En effet, en Angleterre, je peux prendre indifféremment un avion de Exeter, Bristol, Southampton, London Heathrow et London Gatwick. Et s’il est plus facile pour moi d’atterrir à Toulouse, je peux toujours m’arranger pour que l’on vienne me chercher à Bergerac ou à Carcassonne. D’ailleurs cette connexion est la plus avantageuse, car prendre Ryanair c’est moins cher pour moi.

 

Bref, vous l’aurez compris, voyager en avion n’a jamais été aussi facile et abordable. L’occasion de découvrir comme moi de nouvelles capitales… Je pars d’ailleurs dimanche prochain à Dublin avec Ryanair !

 

Article sponsorisé

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle