Publié le 18 Février 2013

Formalité # 5 : La santé en Angleterre

Il est admis que la France possède un système de santé (assez) performant et surtout une sécurité sociale qui rend jaloux nos voisins. Aussi, je compte bien garder un maximum cette sécurité à mes côtés durant mon expatriation et, pour se faire, dans la mesure où je ne pars pas bien loin, j'ai prévu de :

- demander environ 1 mois avant mon départ une carte européenne d'assurance maladie à ma caisse de sécurité sociale (ils disent qu'elle est délivrée en 15 jours, mais ça dépend de la caisse).

- revenir en France pour tous mes soins réguliers (visite annuelle chez le généraliste, chez le dentiste, chez la gynéco... et analyse de sang annuelle). L'idée, c'est donc de ne pas faire d'allers-retours juste pour ça, mais de profiter de venir en France pour prendre mes RDVs. Espérons juste que je n'ai pas de soucis particuliers en étant là-bas, comme une grippe ou une gastro car la file d'attente chez le généraliste anglais est de quelques mois !!!

En cas de gros pépins, j'ai toujours Mondial Assistance pour me rapatrier en France. On en reparlera bientôt. Mais vu tous les gros pépins que je me traine depuis le début d'année, je pense que j'ai eu ma dose pour la décénnie !

A noter que j'ai dû changer de caisse, passer de la LMDE à la CPAM de ma région car je ne suis plus inscrite à l'université, pour le moment (j'ai donc dû m'inscrire à Pôle-Emploi...). Si vous êtes dans mon cas, prévoyez beaucoup d'attente pour que tout soit en règle, car il y a 1 mois et demi d'attente avant le transfert du dossier, et encore quelques semaines de plus pour que tout soit OK, et encore quelques semaines pour avoir la carte européenne.

Sinon, en terme de complémentaire, je suis prise en charge jusqu'en octobre par celle de ma maman, et après, c'est le trou noir...

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 17 Février 2013

Etape # 1 bis : Comment aller de Toulouse à Cambridge ?

La semaine dernière, j'ai passé de longues heures à explorer toutes les possibilités pour me rendre à Cambridge. J'en suis venue à choisir une heure de vol et tout, mais trois petits problèmes se sont posés à moi depuis :

1- Ma carte bleue n'était pas encore activée. Impossibilité de sortir de chez moi à cause de mon opération = impossibilité de l'activer = impossibilité de réserver mon vol avant que les prix n'augmentent. Mon billet EasyJet s'est pris 13 euros de plus dans les dents à ce jour.

2- En choisissant EasyJet, il faut compter 11 euros de plus de dossier (ça, je le savais) et pas moins de 14 euros de plus pour avoir un bagage en soute (plus qu'utile quand on part longtemps comme moi...). Sur le moment, ce dernier point avait été oublié par ma petite cervelle. Et, bam, 25 euros de plus dans les dents.

Rien qu'avec ces deux petits problèmes, on accumule 38 euros de plus sur le billet EasyJet et c'est donc le billet British Airways qui obtient ma préférence car, lui, il n'y a pas changé de prix et est bien tout compris.

3- Mais, tout ça, c'était sans compter mes soucis de santé. Hier, mon infirmier m'a indiqué que ma cicatrice s'était ouverte, que mes points avaient sauté, et que mon chirurgien va sûrement me prescrire un méchage. Ce qui augure une cicatrisation encore plus longue que prévue (5 semaines environ à partir d'hier) et donc ma marge de manoeuvre de cicatrisation est considérablement amoindrie, je n'ai qu'une semaine de marge... Trop peu.

Demain, mon chirurgien devrait me dire ce qu'il en est et si on doit me mécher... Je saurais alors si je dois retarder mon départ au 10 avril, date qui me coûterait le même prix par British Airways (toujours moins cher que EasyJet + frais), mais me ferait perdre 1 semaine de plus de propect...

Demain aussi, mon papa viendra me voir pour activer ma CB et m'évter de recommencer l'épisode des points 1 et 2 ! ^^

Je vous tiens au courant !

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 15 Février 2013

Formalité # 4 : La téléphonie et Internet en Angleterre

Comme je vous le disais récemment, j'ai besoin d'avoir accès à Internet très facilement pendant mon voyage en Angleterre, parce qu'Internet est le meilleur ami du chercheur et donc de mes potentiels recruteurs. Et vous savez ce qu'on doit : le meilleur ami de mon ami est mon ami !

Au début, j'avais pensé à l'Internet mobile.

En Angleterre, tant que je n'ai pas d'adresse fixe, je ne serais pas à même de souscrire à un abonnement de téléphonie mobile (c'est là que tu comprends pourquoi c'est si dur de trouver du boulot quand tu es SDF...). On m'a conseillé de prendre des cartes prépayées dans les nombreux boui-boui (orthographe ?) qui débloquent les téléphones et te vendent carte SIM et carte prépayée. C'est la solution que je devrais prendre dès mon atterrissage en Angleterre.

Il existe bien des cartes prépayées qui te donnent aussi accès à Internet depuis ton téléphone, mais vu tous les soucis que j'ai avec mon téléphone Blackberry actuel (problème de batterie et de connexion Internet), franchement, je ne préfère pas compter sur ça et dépenser mes sous pour être sauvée 10% du temps en cherchant une adresse sur Google ou recevant un mail de dernière minute d'un laboratoire.

Certes, je pourrais acheter un nouveau téléphone, mais c'est contre-productif niveau "économies d'argent" ! ^^

Bref, vous comprenez donc sûrement mieux pourquoi je vais avoir besoin d'être logée "chez l'habitant" pendant mon voyage, je ne vais quand même pas squatter toute la journée le cyber café du coin (ça existe encore, ça ? ) !

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 14 Février 2013

Etape # 1 : Comment aller de Toulouse à Cambridge ?

Dans l'optique de partir depuis Toulouse à Cambridge (première ville de mon voyage) le plus vite et le moins cher, j'ai fais quelques recherches et découvert plein de choses ! En gros

- oublions l'avion pour aller à Cambridge directement car l'aéroport de la ville est très mal desservi même depuis Londres.

- oublions le train depuis Toulouse car bien trop long et cela m'obligerait à payer une nuit d'hôtel avant la prochaine correspondance à Paris ou Lille.

- oublions d'Eurostar depuis Paris ou Lille qui coûte bien plus cher que l'avion depuis Toulouse.

- oublions d'aller à la gare de Londres depuis l'aéroport de Londres : cela coîte cher en transport en commun et est assez long.

Le mieux est donc de combiner l'avion :

- soit Toulouse-Londres Gatwick avec Easy Jet, trois fois par jour toute la semaine, le moins cher étant actuellement : 30,99 euros le mercredi 3 avril à 9h45 (arrivée à 10h35), hors frais de dossier.

- soit Toulouse-Londres Heathrow avec British Airways, trois fois par jour toute la semaine, le moins cher étant actuellement : 62 euros le mardi 2 avril à 8h45 ou le mercredi 3 avril à 8h25 (arrivée 1h après).

PUIS

- soit Londres Gatwick - Cambridge par la gare routière (National Express en direct depuis l'aéroport) avec un départ à 11h25 : 15 pounds. Arrivée approximative à 15h25.

- soit Londres Heathrow - Cambridge par la gare routière (National Express en direct depuis l'aéroport) avec un départ à 11h40 : 20 pounds . Arrivée approximative à 15h.

Au cours d'aujourd'hui 10 février 2012 (1 pound = 1,19 euros), cela fait donc :

- par Gatwick : 30,99 euros + l'équivalent de 17,85 euros = 48,84 euros.

- par Heathrow : 62 euros + l'équivalent de 23,80 euros = 85,80 euros.

Il n'y a pas photo, vaut mieux passer par un aéroport situé au sud de Londres pour aller à Cambridge (qui est situé au nord de Londres) que par l'aéroport le plus "logique" ! Il ne me reste donc plus qu'à prendre mes billets pour l'option "par Gatwick" ! (Et espérer que les tarifs ne changent pas trop d'ici là*, heureusement que ma Mastercard actuelle, qui me permettra de bénéficier de l'assurance voyage, est utilisable jusquen avril inclus ! )

* Je ne passe pas commande toute de suite à cause des petits soucis de cicatrisation que j'ai actuellement... On sait jamais...

De plus, je souhaite avoir le temps de voir si je réutiliserais National Express pour me rendre aux autres villes de mon road trip : une carte "jeune" est disponible au prix de 10 pounds et permet d'avoir jusqu'à 30% de réduction, il est fort probable que je la rentabilise vite...

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 13 Février 2013

Formalité # 3 : L'hébergement en Angleterre

Pour rappel, je vais partir dans une sorte de road trip à budget limité, donc les chambres d'hôte, les Beds & Breakfasts et les hôtels, très peu pour moi.

En terme d'hébergement, il existe des solutions atypiques vraiment sympas comme le Wwoofing (on est logé chez l'habitant en échange de menus travaux) et le Couchsurfing (les habitants ouvrent les portes de leurs chambres d'amis aux visiteurs avec pour mettre mot la convivialité, la découverte de nouvelles personnes et cultures).

Il y a aussi les fameuses auberges de jeunesse très répandues en Angleterre, les chambres disponibles en colocation et sous-louées à la semaine bien souvent, ou les familles d'accueil (comme lors de mon séjour linguistique à Londres en 2006).

Parmi ces solutions d'hébergement à bas coût, j'ai sélectionnées celles qui correspondent à mes besoins réels : pas cher et avec une connexion Wifi gratuite, ce dernier point étant trèèèèès important pour convenir de RDVs avec les laboratoires que je visiterai et leur en mettre plein la vue en étudiant à fond leurs publications scientifiques.

Le soucis des auberges de jeunesse, même celles équipées d'Internet, c'est que l'on ne paie que l'hébergement et la seule façon de se restaurer reste la nourriture à emporter qui est bien trop chère sur le long terme (comparé à un repas fait maison). De plus, j'aimerais avoir confiance en le lieu où je passe mes nuits et y laisser ma valise pendant mes entretiens...

Au final, avec les familles d'accueil, le couchsurfing et les chambres en colocation, j'ai plein de possibilité pour trouver un point de chute par ville où je me rendrai. Evidemment, je compte bien avoir d'autres adresses sous le coude en cas de mauvaises surprises... quitte à aller au premier hôtel venu si c'est vraiment la galère.

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 12 Février 2013

Formalité # 2 : La banque en Angleterre

Dans l'idéal, j'aurais ouvert un compte dans une banque anglaise, sitôt arrivée en Angleterre histoire de ne pas avoir de mauvaises surprises en voyant les taux de change, les frais de retraits... Mais l'ouverture d'un compte là-bas nécessite : une adresse fixe en Angleterre ainsi qu'un garant anglais. Etant donné les modalités de mon voyage, façon road trip, je n'ai pas d'adresse fixe, donc j'ai dû comparer les banques françaises pour trouver l'arrangement le moins cher du marché.

Cela ne me dérangeait pas de quitter ma banque actuelle, le Crédit Agricole de Toulouse, mais ma conseillère est sympa, répond vite aux mails (très utiles quand on n'est pas en France ! ) et a su me présenter avec moults détails la carte Mastercard du groupe, qui me permettra : de ne pas payer de frais de change, de ne pas payer de frais quand je retire des sous en distributeurs à l'étranger (jusqu'à 3 retraits par mois et l'équivalent de 300 euros pour 7 jours glissants), de ne pas payer de frais quand je paie directement avec ma CB à l'étranger, d'avoir suffisamment de marge de manoeuvre dans les retraits et les dépenses pour pouvoir vivre décemment...

Elle m'a de plus débloqué pas mal de choses pour que je puisse gérer l'intégralité de mes comptes via Internet, avec notamment des virements France-Angleterre gratuits.

Bref, je suis satisfaite et même si cette carte Mastercard n'est pas gratuite (39 euros par an) et ne couvre pas l'intégralité de l'assurance/assistance voyage (avion, perte de bagages, rapatriment si maladie...) nécessaire à mon projet, je pense avoir trouvé la solution la plus fiable pour pouvoir régler mes menus frais en Angleterre.

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 11 Février 2013

Les villes où je compte prospecter

Dans la mesure où je candidate régulièrement à des offres de thèse dans mon secteur de recherche, j'ai pu voir quels étaient les bassins de la recherche en immunologie et/ou maladies infectieuses en Angleterre, et donc trouver les villes où doit absolument passer mon road trip.

Deux options s'offraient à moi : soit temporiser au maximum mon petit budget en faisant le parcours le plus court (en général, les trajets sont moins chers quand ils sont courts ! ), soit visiter d'abord les villes les plus attractives dans mon milieu puis passer aux villes où il y a un peu moins d'opportunités...

J'ai misé sur cette seconde option dans la mesure où je veux le plus vite possible avoir des contacts nombreux, pour m'éviter de zoner trop longtemps en Angleterre en craignant pour mon avenir professionnel.

J'ai hésité avant d'écrire cet article car, en affichant le résultat de mes recherches sur l'Internet mondial, j'ai peur qu'un candidat concurrent y puise des infos sans bouger le petit doigt (et accessoirement me prenne la place dans un laboratoire). Mais ce blog étant peu référencé... ma peur est infondée.

Les villes les plus prometteuses pour moi sont : Cambridge, Manchester, Norwich et Birmingham; puis Leicester, York et Edinburgh; pour finir avec Cardiff, Nottingham, Liverpool, Leeds et Dundee. Il y a des dizaines d'autres villes comportant des laboratoires de recherche dans mon domaine, mais le nombre d'opportunité y est moins important.

Donc, dans l'idéal, mon road trip fera ça ce que vous voyez tout en haut de l'article ! On est d'accord, c'est pas très logique comme road trip, et encore moins économique, mais c'est ce qui me permettra d'avoir le plus de chances d'atteindre mon objectif professionnel...

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 10 Février 2013

Formalité # 1 : Quasi-libre-circulation en Angleterre

Même si l'Angleterre est la porte à côté, il ne faut pas oublier que les Anglais ne font pas partie de l'espace Schengen, il n'y a donc pas de libre-circulation pour les ressortissants français dans ce pays.

Attention, sur Internet, on lit tout et son contraire ! Je vous suggère donc le site officiel de l'ambassade du Royaume-Uni en France : http://www.ukba.homeoffice.gov.uk/countries/france

Sur ce site officiel, on apprend de source sûre que les ressortissants d'un pays de l'Espace Economique Européen (donc nous) n'ont pas besoin de visa pour entrer en Angleterre, seulement d'une carte d'identité et/ou d'un passeport. Et ce, que ce soit pour y passer de courtes ou longues vacances, ou pour y étudier ou travailler (pas besoin non plus de permis de travail).

Vous comprenez donc mieux pourquoi j'ai choisi ce pays anglophone pour partir : cela simplifie grandement les démarche (et comme c'est le plus proche de chez nous, le billet d'avion pour y aller sera bien moins cher que si je partais aux Etats-Unis ou en Australie ! ).

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 9 Février 2013

Le plan général de mon expatriation

Maintenant que vous savez pourquoi je pars en Angleterre, je vais vous expliquer brièvement (promis, juré, craché, ce ne sera pas un billet-fleuve ! ) comment je compte trouver une thèse en Angleterre.

Plutôt que de me câler dans un coin du pays et continuer à postuler sur Internet à toutes les offres de thèse qui me correspondent (je vais continuer néanmoins à le faire), je compte faire une sorte de road trip pour aller à la rencontre des professionnels de mon secteur, histoire de me présenter et d'établir un premier contact. En misant sur le relationnel, il y a bien plus de chances que je décroche une thèse plutôt qu'en étant un numéro de candidature parmi tant d'autres.

Le soucis de ce genre de road trip, c'est qu'il faudrait, dans l'idéal, que je synchronise mon emploi du temps avec celui des très nombreux chercheurs que je vais rencontrer. Mais vu qu'il est hors de question, étant donné mon budget, que je fasse 10 allers-retours vers la même ville car les 10 chercheurs intéressés ne sont pas disponibles au même moment... j'ai décidé de faire... le contraire.

J'ai donc choisi de maîtriser toute seule mon trajet et mon plan de voyage, de passer entre une et deux semaines dans chaque grande ville anglaise (croyez-moi, il n'y a pas que Londres en Angleterre, cette ville étant trop chère pour mon budget) et d'annoncer, à l'avance, ma venue aux laboratoires afin qu'ils ne soient pas surpris de me voir débarquer !

Armée de mon CV, de mon sourire et de ma motivation, j'espère de tout coeur que cela va payer car, à la fin de mon périple, si je n'ai rien de concret à mettre sous ma dent, je pense m'installer dans une ville (pas encore déterminée) et cumuler stage (non rémunéré, comme c'est le cas en UK) avec job alimentaire pour à la fois survivre et me permettre de réaliser mon projet professionnel malgré tout...

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)

Publié le 8 Février 2013

Pourquoi je ne suis pas partie plus tôt...

Comme vous le voyez, ces derniers jours, j'essaie de répondre aux questions que l'on me pose, histoire de tout poser à plat et de pouvoir vous expliquer plus facilement mon aventure !

Alors, après "pourquoi je pars" et "les raisons pour lesquelles j'aimerais ne pas partir", je vous explique brièvement pourquoi je ne suis pas partie plus tôt.

J'ai commencé à postuler à des thèses avant même d'avoir un diplôme (pas trop tôt non plus, je ne voulais pas y mettre tout mon temps et ne pas avoir le temps de choper mon diplôme ! )... j'ai accumulé au final des centaines de candidatures, souvent non-spontanées grâce à divers sites répertoriant les postes proposés, mais je n'obtenais rien (et je comprends les hésitations quant à ma candidature vu que je prenais même pas la peine de me déplacer pour être "sur place en cas d'entretien") .

Au début, je m'étais dit que, si en octobre, je n'avais toujours rien, je partirais en Angleterre. Mais je me suis vite aperçue que je n'avais pas assez le temps pour préparer mon aventure et surtout d'argent pour ne pas avoir à dormir sous les ponts au bout d'un mois.

Alors, j'ai repoussé mon délai, histoire d'accumuler les petits jobs, de brider mon budget en parallèle et de m'informer au mieux pour partir avec un plan clair et net en tête. La date de départ était prévue pour début janvier.

Sauf que j'ai appris, en décembre dernier, que j'avais un kyste pilonidal qu'il me faudrait opérer au plus tôt. L'opération était censée me clouer au lit, allongée sur le ventre, pendant près de 2 mois, j'ai donc retardé mes plans pour partir en avril.

Finalement, je suis en arrêt jusque début mars, l'opération ayant eu lieu lundi 4 février (ya eu 15 jours d'attente pour tenter un traitement qui m'éviterait l'opération + 15 jours pour trouver un chirurgien + 15 jours règlementaires de rétractation pré-opératoire) et l'opération nécessitant finalement de rester 3-4 semaines en France.

Mais j'ai préféré ne pas me mettre la pression (on sait jamais, avec les complications possibles et tout) et j'ai décidé de partir début avril (pas le 1er, c'est pas une blague et ça tombe un lundi donc ce sera moins cher de prendre l'avion les jours suivants, sûrement).

Voilà, maintenant, je pense que vous êtes prêts, armés de plein d'infos pour "comprendre mon expatriation" et surtout son "fonctionnement" assez atypique ! Je vous donnerai mon plan général demain et les détails peu à peu les jours d'après !

Voir les commentaires

Rédigé par Cyrielle (Platinegirl)